1 – Notre école…

Bienvenue à l’école Notre-Dame Wolvenberg,  

Actualités de mars 2020 :

 

1 Communication Crise Coronavirus

 

                                                                                                         Le vendredi 17 avril 2020

Concerne : covid 19 – prolongation confinement au 3 mai

Chers parents,
Chers responsables,

La crise sanitaire que nous traversons est confrontante. Elle nous prive dans nos libertés individuelles et  elle nous fait vivre autrement.  L’annonce du prolongement du confinement peut apporter chez vos enfants de la colère, de la peur, de la tristesse, de la joie … Tous ces états psychiques sont normaux. Ils se vivent plus ou moins fort  selon les enfants.  Il est normal et l’est d’autant plus fort lorsque l’on tend vers l’adolescence. Pour les grands du primaire, les enjeux sociaux entre jeunes, le besoin de quitter le nid familial est nécessaire et capital.  Comme le dit Daniel Coum, psychologue : « Sortir » est l’enjeu majeur du devenir adulte.

Or, l’obligation demandée ici est de rester dans notre habitation.

Aussi, ils peuvent ressentir l’inquiétude dans certaines familles, les tristesses peut-être. Vos enfants, comme vous le savez, mais je pense qu’en tant que pédagogue, il est important de le rappeler, sentent vos tensions (s’il y en a), vos inquiétudes diverses et légitimes.  Ils n’ont jamais rien vécu de tel.

Dans un premier temps être en congé est agréable et même jouissif. Plus d’écoles, plus de contraintes : ne pas se lever tôt, pas de devoirs …  Cela dit, je pense que la ritualisation du quotidien rassure. Être tous les jours dimanche n’est pas facile à vivre dans le long terme.

Je pense que pour les aider, l’instauration de règles de vivre ensemble du quotidien aide ainsi que  le  soutien. Un cadre bienveillant apaise.

Les enseignants de l’école mettent tout en œuvre pour rester en lien avec vos enfants, leurs élèves.  Il est important que les enfants fassent les activités proposées par eux afin de rester en lien et de maintenir les apprentissages acquis.  Sur les plateformes proposées par chacun d’entre eux, il y a des activités proposées qui feront sens chez votre enfant.

Les parents ne sont pas des enseignants et à ce titre, ne vous culpabilisez pas de ne pas pouvoir les aider plus que vous ne le faites. Votre enfant doit faire ce qu’il peut, et s’il ne comprend pas, ou s’il ne sait plus comment faire, son professeur l’aidera lors de la reprise des cours ou via une demande par mail ou autre moyen proposé (pas toujours le même en fonction des classes).

Aussi, pour les enfants qui n’auraient pas reçu leur bulletin d’avant Pâques,  ils seront envoyés par mails, via le professeur de son enfant.

Aussi, en termes d’apprentissages,  je pense qu’il y a énormément d’activités que vous faites déjà et qui soutiennent la construction d’esprit de votre enfant.

Là où vous pouvez continuer de l’aider à grandir, c’est :

 En chantant, en dansant, en faisant du yoga, de la méditation (il y a des sites très bien fait avec des exercices pour les enfants).  Lire des histoires, raconter, faire raconter par les enfants, ouvrir l’imaginaire, la créativité, et comme le dit si bien Muriel Limboch la responsable du centre de littérature jeunesse à Bruxelles – Le Wolf – (lieu où l’on se rend facilement avec les enfants de l’école ) : « la lecture comme outil de plaisir et d’ouverture, comme espace de réflexion et d’apprentissage, comme potion magique contre l’ennui et la lassitude, comme objet de consommation durable et salutaire. »

En cuisinant : durant cette tâche, en fonction des âges,  l’enfant transforme des recettes,  manipule les aliments, se concentre, utilise de la psychomotricité fine, découvre des matières, observe des changements d’état … en d’autres mots, il lit, calcule, fait des sciences et augmente son vocabulaire.

En faisant du ménage, la vaisselle, mettre la table : organisation dans l’espace, organisation temporelle, travail du calcul (multiplication, ajout, enlever, soustraire …)

En jouant à des  jeux de société : en fonction de ceux-ci, on travaille le calcul, la concentration, l’esprit d’équipe, la mémoire, lecture, organisation spatiale, psychomotricité …

En dessinant : cela apporte le maintien du crayon, la psychomotricité fine, si utile lors du passage à l’écrit. Et dessiner ouvre les portes de la rêverie, de l’imaginaire, de l’observation, de la représentation, l’organisation de plan pour construire quelque chose …

Aller dans son jardin ou sur la terrasse ou se balader quelques minutes en fonction des possibles de chacun : ouvre la porte à l’observation, à la curiosité, à l’écrit de ce que l’on a observé, à la création de maquettes  ( en papier mâché, collage et emboitement … ) d’une petite abeille qui butine une fleur  ou d’une mouche, ou d’une fleur, ou … ! Dessiner celle-ci, faire des recherches sur internet de la manière dont elle vit, de la création d’une poésie sur le sujet, de compter le nombre de pattes, de la comparer avec d’autres insectes, de chercher le vocabulaire précis …

Cuisiner, prendre soin de soi, dessiner, aider dans les tâches ménagères est des apprentissages !  Pendant cette période de confinement, si vous pouvez, prenez le temps pour eux, pour vivre autrement.  L’important est qu’ils se sentent bien, que vos enfants se sentent rassurés,  parce que dans une construction, ce qui se passe aujourd’hui,  ils s’en rappelleront.

 

Chers parents, chers responsables,  faites-vous confiance, faites-nous confiance et tout ira bien pour votre, vos enfants ; nos élèves.

 

Pour rappel, il y a eu les grandes grèves de ’90 et lors de celles-ci, il y a eu des semaines sans école. Les élèves n’étaient pas confinés, mais il n’y avait pas autant de lien scolaire.  À ce titre, Madame Désir, notre ministre de l’enseignement cite dans la circulaire 7541 : « Il faut dédramatiser l’impact qu’aurait une prolongation de la suspension des leçons sur le cursus. scolaire de nos élèves. Une situation de suspension des cours de plusieurs semaines a déjà été vécue lors des grandes grèves des enseignants durant les années 90. Dans les années qui ont suivi ces grèves, il n’a pas été constaté d’augmentation significative du taux d’échec ou de redoublement en Communauté française au-delà des tendances déjà observées par ailleurs. »

Je terminerai en rappelant que les garderies sont maintenues selon des modalités identiques à celles prévues pendant la période du 16 mars au 3 avril, c’est-à-dire pour les enfants dont les parents travaillent dans le milieu médical, en lien avec les hôpitaux, et dont les parents seraient dans l’incapacité de faire garder leurs enfants par une autre personne que leurs grands-parents âgés ou à risque.

Celles-ci auront toujours lieu sur le site de Notre-Dame Wolvenberg, rue du Château d’eau, 77  entre 8h et 16H au plus tard.

La fête d’école du 25 avril n’aura bien évidemment pas lieu.

Aussi, selon la même circulaire 7541 : «  … Je tiens à souligner que le Conseil national de sécurité n’a encore pris aucune décision quant à une reprise des leçons après le 3 mai. Cette reprise ne pourra s’envisager que si les conditions de sécurité des membres du personnel et des élèves sont parfaitement définies et strictement rencontrées. Ses modalités et son calendrier devront être définis sur base des recommandations des experts qui travaillent aux scénarios de déconfinement, mais aussi dans la concertation avec les acteurs de l’enseignement pour tenir compte au mieux des réalités de l’école. »

Dans l’espérance de vous voir rapidement,

Dans l’espérance que tout aille au mieux chez chacun d’entre vous,

D’ici le retour à l’école portez-vous bien,

Perrine Molter

Directrice

 

 

 

Concerne : que faire pendant cette période de confinement ?

 Je vous envoie un mot de la Directrice en ce moment particulier … Demandez à vos parents ou adultes présents de vous le lire si nécessaire.  C’est important et je vous remercie de prendre cet avis avec considération.

Aujourd’hui, c’est le printemps ! Ça y est, le beau temps revient, les bourgeons s’ouvrent, et avec cela une vie à l’extérieur qui devrait s’animer . Pour l’instant, ce n’est pas encore le cas, mais cela va venir !

Les enfants, c’est à vous que je m’adresse tout particulièrement.

Cela fait une semaine que je suis presque toute seule à l’école et je dois vous dire qu’une école sans enfant, ce n’est pas une école. Il me manque de vous voir, de vous entendre !

J’espère que vous vivez cette période de confinement le plus sereinement possible. J’espère que vous prenez plaisir  à profiter de cette situation exceptionnelle pour réaliser des activités que vous n’avez pas le temps de réaliser en temps normal.  Si ce n’est pas le cas, je vous propose d’ouvrir votre imagination et de trouver en vous des ressources peut-être inconnues.

Je suis certaine qu’après un temps plus ou moins important d’ennui, vous allez vous rendre compte d’envies que vous n’auriez peut-être pas imaginées.  Il est vrai que le confinement réduit fort l’ouverture d’activité, mais je suis certaine que chacun d’entre vous trouvera quelque chose.

Parfois, nous entendons que la situation pourrait se prolonger au-delà des vacances de Pâques. 

A ce jour, nous menons une réflexion sur la manière d’interagir avec vous.  Déjà, nous cherchons à avoir le mail de toutes les familles afin que vos professeurs puissent vous envoyer du travail, vous proposez des activités …

Cela dit, aujourd’hui, vous avez normalement assez de travail jusqu’aux vacances de Pâques, mais  j’aimerais vous demander un travail supplémentaire entre vos créations de colliers de perles, de cartes, de petits mots dans des cahiers, de jouer à divers jeux de société, de peindre, de ne rien faire, de penser, de faire des cabanes, de se déguiser …

Pour les enfants de P4, P5, P6, j’aimerais vous demander un travail de réflexion en production écrite.

Je vous demande d’écrire 3 textes différents de +/- une page sur :

« Comment je vis la mesure de confinement demandée par les autorités ?  Comment je vis ce qui se passe autour de moi ? »

Ces 3 textes devront être rédigés en prenant un des 5 sens comme base d’écriture ;  soit la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût ou le toucher.

Je vous demande d’écrire chacun des 3 textes en privilégiant un sens différent qui vous semble le plus fort, le plus marquant pour pouvoir rendre compte de votre ressenti. Foisonnez-le d’adjectifs, de verbes qui nous permettent que le lecteur ressente le sens choisi.  J’aimerais quand vos textes seront écrits et relus, lorsque vous en êtes contents, que vous me l’envoyez sur mon adresse mail :

direction@notredw.be

J’aurai plaisir de les lire et qui sait de les publier sur le site de votre école.

 Pour les enfants de P1 :

Je vous rappelle l’importance majeure de lire pour ne pas oublier ce que vous savez déjà. Valérie et Bertrand l’ont déjà dit, mais je le répète : c’est SUPER important ! Tous les jours 10 minutes de lecture.  Lisez les petites phrases vues, des mots, inventez des phrases avec les différents mots que vous avez emportés dans votre tête ou sur vos feuilles.

Aussi, vous pouvez dessiner ce que vous faites, ce qui vous traverse l’esprit.

Vous pouvez peut-être aussi demander à un adulte présent qu’il écrive les phrases sur une histoire que vous inventez et que vous dessinez.  J’aimerais aussi, quand vos histoires seront dessinées et écrites, quand  vous en êtes contents, fiers, que vous me l’envoyez sur mon adresse mail :

direction@notredw.be

ou par la poste ou que vous la déposez dans la boite aux lettres de l’école.  J’aurai plaisir à les lire et qui sait à les publier sur le site de votre école.

 Pour les enfants de P2, P3 :

Je  vous demande à vous de lire un roman en particulier .  Quand vous l’aurez lu, vous choisissez un moment que vous trouvez le plus important du livre, celui qui exprime le plus l’idée du livre et vous le traduisez en 3 dimensions.

Vous faites une maquette dans une boite à chaussures par exemple ( pour le format).

L’objectif est de créer un décor qui représente un lieu, une ambiance dans un décor qui soit significatif dans l’histoire lue.

Les matériaux utilisés peuvent être : le bois, le papier mâché, le plastique, la végétation, du tissu, de la laine  … tout ce qui vous passe par la tête pour effectuer un chef-d’oeuvre donc vous serez fier.

Soyez imaginatif les enfants !! Faites cela sans l’aide de votre parent !! (ou à peine).

Récupérez du matériel comme nous avons pu le faire lors du  Carnaval. 

Aussi, à tous, je vous suggère de lire tout ce qui se trouve autour de vous : romans, recette de cuisine, bandes dessinées …

Écrivez des histoires, faites de la cuisine …

Les enfants de P6 peuvent faire des maquettes, ceux de P1 de la cuisine, ceux de P5 se faire lire des histoires …

Faites une grande soupe de toutes mes propositions, ajoutez-y vos idées, votre esprit, vos intérêts, vos connaissances, votre vous-même  … Soyez créateurs de ce moment qui nous entoure. Et par ces exercices  continuez d’apprendre et de vous enrichir à distance .

 J’attends sincèrement vos textes, histoires et maquettes … C’est un devoir !

Avec tout cela, nous pourrons en faire une grande exposition à la réouverture de l’école :

« Mes apprentissages durant la mesure du confinement »

Pour les enfants des classes maternelles :

Je m’adresse à leurs parents, leurs responsables.

Il est important, mais vous le savez bien sûr, de jouer avec votre enfant, de lui lire des histoires, de le faire verbaliser , de faire des puzzles pour la préhension fine, de dessiner surtout des dessins libres pour ouvrir l’imaginaire des enfants.

Bref, comme le dit le psychiatre Serge Tisseron : «  pas d’écran avant 3 ans et le moins possible avant 6 ans ».

Si vraiment, la nécessité des écrans se faire sentir en cette période de confinement, je vous proposerais des petits dessins animés de courtes durées (+ /- 10 minutes ).

Au plaisir de vous retrouver tous et suite au prochain courrier.

Ceux qui vont sur le site, dites à ceux qui y vont moins qu’il est important de s’y rendre. En cette période,  les informations passent par ce canal .

Bon week-end,

Perrine Molter , directrice

 

 

 

 

Quand un grand souhaite transmettre l’un de ses talents aux plus jeunes…

Un enfant de 4ème primaire a pris le temps de montrer aux enfants de 3ème maternelle comment réaliser un tawashi.

Qu’est-ce qu’un tawashi ? C’est une éponge zéro déchet qu’on fabrique avec du tissu de récupération (des chaussettes dans notre cas.). On s’en sert pour laver la table, décrasser la voiture… Bref, c’est une réalisation plutôt sympa pour notre planète !

Les enfants se sont appliqués et ont pris beaucoup de plaisir à réaliser leur tawashi. Quelle fierté pour eux de voir leur ouvrage terminé ! Et notre « professeur » était également très fier d’avoir pu transmettre son savoir à des oreilles très attentives ! Bravo les amis !

3Video du défilé de carnaval et de l’inauguration des fresques

 

4 Journaliste en classe

« Journaliste en classe »

Ce mardi, Céline Gautier, journaliste au « Médor » est venue expliquer au cycle 10-12 comment effectuer des recherches sur Internet. Les vraies et fausses informations se côtoyant fortement sur la toile aujourd’hui, il était également nécessaire pour les élèves d’apprendre à vérifier l’information trouvée via un moteur de recherche. Voici le petit compte-rendu de cette activité réalisé par quelques élèves…

« J’ai appris à reconnaître des fausses informations et des vraies. Après, à voir si une photo est vraie ou pas parce qu’il y avait beaucoup de fake news, par exemple : une information sur un site qui s’appelait Foozine et qui disait que les hommes devaient se raser la barbe pour mieux porter le masque contre le coronavirus.

C’était bien parce que j’ai bien rigolé et aussi parce que j’ai appris à voir si c’était des vrais ou des faux articles. »

Léo

« Ce mardi 3 mars, nous avons eu la chance d’accueillir une journaliste en classe.

J’ai appris comment reconnaître une fausse information d’une vraie. J’ai appris combien de temps durent les études de journaliste. J’ai aussi appris ce qu’est une fake new et plein d’autres choses.

J’ai trouvé cette animation super instructive et marrante. J’ai aimé apprendre des choses. »

Eliott

 

 

5 La fureur de lire dès le 5-8 !

Quand le cycle 5-8 de Notre-Dame participe au concours de la petite fureur…

« Le cycle 5-8 de l’école Notre Dame s’est lancé dans l’aventure de la petite fureur.

C’est un concours organisé par la fédération Wallonie Bruxelles. Plusieurs albums de littérature jeunesse sont sélectionnés et proposés afin d’être exploités.  Le livre que nous avons décidé d’exploiter en 5-8 est: « Le sourire de Suzie. »

Anne Crahay. Le sourire de Suzie.

La vie amène son lot d’événements et certains peuvent nous faire perdre le sourire. C’est ce qui est arrivé à Suzie qui inquiète par ce qui se trame dans le monde des adultes, se sent obligée de fabriquer 1000 sourires de papier… autant d’occasions de faire semblant que tout va bien.

Mais les sourires de papier ne peuvent pas être de longue durée.  Ils s’envolent, se mouillent et finissent par se déchirer. Suzie n’a plus de sourire à accrocher à ses oreilles. Il est temps alors de laisser librement couler le flot d’émotions emmagasinées.

Ce magnifique album réalisé à partir d’illustrations primées lors du Salon du livre de jeunesse de Bologne 2010 est empreint de poésie et de sensibilité.  Il offre de multiples occasions de création et permet d’aborder, avec beaucoup de délicatesse, les émotions.  Il touche encore par la singularité des illustrations réalisées principalement en collage mais aussi par la force et la beauté des mots.

À découvrir et à partager sans modération !

–          « Est-on toujours obligés de sourire ? »

–          « Non, parfois je n’ai pas du tout envie de sourire. »

–          « Alors, si on n’est pas obligé, pourquoi les grands sont-ils inquiets lorsque Suzie perd son sourire ? »

–          « Parce qu’ils ont peur, … ils ne comprennent pas… »

–          « Qu’est-ce qui a permis à tout le monde de retrouver le sourire ? »

–          « Suzie a réussi à parler et à expliquer pourquoi elle n’avait pas envie de sourire. »

En ouvrant son cœur, en s’exprimant, Suzie a réussi à libérer ses émotions et à rassurer ses parents qui ont su la rassurer à leur tour.

Ouvrir son coeur pour libérer les émotions qui se cachent à l’intérieur…

Voilà ce que nous avons eu envie d’illustrer avec les enfants du cycle 5/8.  En ouvrant chaque cœur en origami, on libère un autoportrait et… une confidence.  Nous avons accroché nos cœurs dans les arbres de l’école pour laisser s’envoler et ainsi libérer nos émotions.

Il ne reste plus qu’à croiser les doigts et peut-être…avec un peu de chance les enfants pourront gagner des prix suite à cette belle activité!!! »

 

 

L’école Notre-Dame-Wolvenberg se veut une école ouverte, conviviale, à dimension humaine qui prépare ses élèves à affronter leur avenir avec confiance et leur donne les compétences qui les rendront aptes à prendre une place active dans la vie sociale, économique et culturelle de demain.

Nous traçons une route  de l’accueil en maternelle à la 6e année primaire.  Cette route est guidée par une approche personnalisée, tout enfant étant différent de l’autre.  Nous voulons répondre aux différents besoins de nos élèves, afin qu’ils deviennent des citoyens  autonomes, prêts  à relever les défis qu’ils auront à affronter plus tard.

Notre équipe éducative a le souci permanent d’offrir un apprentissage de qualité lié un environnement favorisant le développement des aptitudes de ses élèves afin que chacun puisse d’épanouir et atteindre le maximum de son potentiel.

Pour accueillir votre enfant et le mener le plus loin possible, notre équipe pédagogique a réfléchi et construit un projet où chacun peut se retrouver. Ce fondement de notre école contient :

Je reste, quant à moi, à votre entière disposition pour tout renseignement complémentaire.

L’école Notre-Dame-Wolvenberg ? Si vous venez la visiter, vous en serez convaincus : la vie y est belle !

Perrine Molter, directrice